Image
Date d'utilisation
1199
Premier titre porté sur la légende
Forme
navette
Première dimension
90 mm
Seconde dimension
63 mm
Description

La reine debout de face, couronnée, robe moulante serrée à la taille et manteau posé sur les épaules et plissé aux pieds, enroulé dans le bas à droite de la dame, manches à longs pans attachées aux poignets, tenant à main droite un sceptre fleuronné, à main gauche un globe crucifère surmonté d'un faucon.

Type d'alphabet
oncial
Iconographie
en pied
Sceau en pied
Légende théorique
...LIENO ...E ...G
Légende transcrite
+ ALIENOR(DIS) . DEI . GRACIA . REGINE . ANGLORUM . DUCISSE . NORMAN(ANORUM) .
Encadrement de la légende

filet simple

Langue de la légende
latin
Commentaire

Les empreintes conservées (Ad 49, An) sont fragmentaires, la tête est manquante comme le contenu de la main droite et une grande partie de la légende. Il est donc difficile de confirmer le dessin par Boudan pour Gaignières (Lat. 5480, p. 265) même si les éléments encore visibles sur les empreintes coïncident. Sa fille Jeanne porte un couronne du même type à l'avers de son sceau comme fille du roi Henri (D. 1878). 

Le sceptre fleuronné est à comparer avec celui tenu par le "roi" dans le Psautier d'Aliénor d'Auitaine (La Haye, KB76F13, vers 1185) et le globle au faucon est un attribut traditionnel des rois d'Angleterre depuis Henri Ier. La couronne correspond elle aussi à la titulature royale portée par Aliénor depuis 1154 et jusqu'à sa mort.

Le sceau dessiné par Gaignières porte au revers un sceau de type strictement identique mais énonçant le titre de duchesse d'Aquitaine et comtesse d'Anjou (quatrième sceau comme duchesse d'Aquitaine)

Mais ce sceau de reine d'Angleterre, a priori systématiquement employé en avers d'un sceau biface, porte aussi parfois, avant 1199, à son revers le troisième sceau comme duchesse d'Aquitaine (AD 49).

C'est peut-être ce sceau qui semble décrit par Dom Fonteneau (T. V, p. 624, acte en faveur de l'Abbaye de Sainte-Croix de Poitiers, mai 1199) : "l'un et l'autre sont scellés chacun d'un sceau de figure ovale pendant à des lacs de soie rouge à double queue. Chaque sceau représente la reine Eléonore tenant dans la main droite une tige de fleur de lis et sur la main gauche un épervier. les contrescels des deux sceaux sont la même chose que les sceaux, c'est-à-dire que la princesse est représentée dans chaque sceau deux fois de la même façon et de même grandeur".

Attention, le moulage illustré dans Nielen 10 est un montage réalisé à partir du Eygun 4 et du Douet d'Arcq 10006. Le moulage Nielen 10bis donné comme Eygun 4 bis est en réalité le Douet d'Arcq 10006. Aucun exemplaire correspondant au relevé de Gaignières (avec sceau "royal" sur les deux faces) n'est conservé.

 

Bibliographie
EYGUN François, Sigillographie du Poitou, jusqu'en 1515, étude d'histoire provinciale sur les institutions, les arts et la civilisation, Macon, 1938 n°4.
NIELEN Marie-Adélaïde, Corpus des sceaux français du Moyen Age - Tome 3 - Les sceaux des reines et des enfants de France, Archives nationales, Paris, 2011 n° 10. (attention cette image de moulage est un montage entre le Eygun 4 et le D. 10006)