Image
sceau type troisième grand sceau Jean IV de Bretagne avec S
Ordinal
troisième
Date d'utilisation
1387 - 1391
Autorité de tutelle
Premier titre porté sur la légende
Forme
rond
Première dimension
95 mm
Description

Un cavalier en armes, coiffé d’un heaume à cornes et cimé d’un lion, revêtu d’une cotte armoriée, tenant à main droite une épée brandie sur laquelle court une hermine au naturel, à main gauche un écu herminé, sur un cheval à droite caparaçonné d’hermine, avec un lion miniature cimant la tête de la monture. Le champ semé de lions à queue fourchée et de quartefeuilles en alternance. Un objet en forme de S est surgravé dans le champ sous le bras tenant l'épée.

Iconographie
équestre de guerre
Légende théorique
+ SIGILLU IOHANNIS DUCIS BRITANIE COMITIS MONTISFORTIS ET RICHEMONDIE
Légende transcrite
Sigillum Johannis ducis Britannie, comitis Montisfortis et Richemondie
Langue de la légende
latin
Commentaire

Il s'agit de la même matrice que le second grand sceau de Jean IV : http://www.sigilla.org/sceau-type/jean-iv-bretagne-deuxieme-grand-sceau… à la différence qu'on y observe rajoutée cette lettre S, déjà observée par Michael Jones et Martine Fabre, mais dont l'interprétation est restée en suspens. Il s'agit probablement d'un signe à vocation emblématique, qui renvoie peut-être à l'emblématique des Lancastre, dont on connait le signe S, fameux par les colliers à esses. Jean IV est d'ailleurs assez proche de Jean de Gand. On pourrait donc envisager un partage emblématique entre ces deux personnages. Le lien entre les deux maisons est renforcé après la mort de Jean IV, par le remariage de sa veuv Jeanne de Navarre avec Henri IV Bolingbroke roi d'Angleterre, qui partage sa devise aux SS avec le mot A ma vie du duc Jean V (MORICE Pierre-Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. II, Paris, Osmont, 1742-1746, n°1161). La difficulté jusqu'à présent à cerner précisément la modification de la matrice et donc la datation de l'utilisation du S par Jean IV pourra être résolue avec l'enregistrement d'autres empreintes. L'ajout du S postérieur, est renseigné à partir de 1387. Un parallèle peut être fait avec le sceau en pied du duc (http://www.sigilla.org/sceau-type/jean-iv-bretagne-sixieme-sceau-174733) dont il existe aussi deux versions avec l'apparition du même signe. Si on combine les deux sceaux portant cette marque, en admettant qu'ils aient été regravés au même moment, on serait dans un intervalle pour un changement effectué entre 1381 et 1385.

Bibliographie
FABRE M., Héraldique médiévale bretonne. Images personnelles (vers 1350-1500). Armoriaux, sceaux, tombeaux : étude et corpus, Presses universitaires du Septentrion, Paris, 2, 1993 fiche 9
JONES Michaël, « The seals of John IV, duke of Britany, 1364-1399 », The Antiquaries Journal, 1975 369

Emblématique

Signes para-héraldiques

Héraldique
Localisation(s)
écu
champ
housse
cimier
têtière
pièces vestimentaires

Signes para-héraldiques

Description du cimier
un lion à queue fourchée sur un chapeau entre deux cornes

Devise

Devise figurée
une hermine au naturel
Lettres emblématiques
S