homme
Laïc
Nombre de sceaux
56
Naissance / Création
1409
Décès / Dissolution
1480
Mariage(s)
Jeanne de Laval
Naissance
1433
Décès
1498
Commentaire

De sa première épouse : Jean II de Lorraine (1425-1470), duc de Lorraine, et postérité ; Louis, marquis de Pont-à-Mousson (1427-1445), sans postérité ; Nicolas (1428-1430), jumeau de la suivante, sans postérité ; Yolande d'Anjou (1428-1483), jumelle du précédent, mariée à Ferry II de Lorraine, comte de Vaudémont, et postérité dont : René II de Lorraine, et descendance à nos jours, notamment par les Habsbourg-Lorraine ; Marguerite d'Anjou (1429-1482), mariée à Henri VI, roi d'Angleterre.
Il a plusieurs enfants naturels, parmi lesquels sont connus : Blanche d'Anjou (1438-1471), mariée à Bertrand de Beauvau (1382-1474) ; Jean d'Anjou marquis de Pont-à-Mousson, seigneur de Saint-Rémy et de Saint-Cannat (mort en 1536), épouse Marguerite de Glandevès, petite-fille de Palamède de Forbin le 15 mai 1500 ; Madeleine d'Anjou, épouse en 1496 Louis Jean de Bellenave ; Françoise.

 

Les armoiries de René d'Anjou sont connues à partir de 1424.

René d'Anjou 1 et René d'Anjou 1 (semé) : Encore comte de Guise (1417-1425), il est choisi comme successeur par Louis Ier, Cardinal-duc de Bar et associé au gouvernement dès 1420, il a alors 11 ans et épouse Isabelle, héritière de Lorraine dont il devient duc consort : il porte alors les armes d'Anjou (trois lis ou semé), de Bar et de Lorraine en écartelé.

René d'Anjou 2, René d'Anjou 3, René d'Anjou 4 : En novembre 1434, son frère aîné Louis III meurt et René devient duc d'Anjou, comte de Provence et de Forcalquier. En février 1435, il est adopté par Jeanne II de Naples et devient roi titulaire de Naples et de Jérusalem. Il adopte les armes des Anjou-Hongrie (tiercé en pal Hongrie, Naples, Jérusalem) qu'il associe aux trois duchés (Anjou, Bar, Lorraine) selon différentes combinaisons : écartelé Anjou-Hongrie / Anjou (René d'Anjou 2), écartelé Anjou-Hongrie / 3 duchés (René d'Anjou 3), armes aux six quartiers, 3 royaumes/3 duchés (René d'Anjou 4) ou modifiant parfois la position des armes de Jérusalem, replacées au centre des armes Anjou-Hongrie (René d'Anjou 5).

Hongrie (ancien) : René d'Anjou n'intègre pas les anciennes armes de Hongrie à son écu mais les affiche dans ses sceaux entre 1435 et 1453.

René d'Anjou 6 : En 1453, à la mort d'Isabelle de Lorraine, il cède le duché de Lorraine à son fils aîné Jean (1425 +1470), duc de Calabre et retire les armes de Lorraine de sa combinaison aux 6 quartiers qui est réduite à 5 : 3 royaumes/ 2 duchés (René d'Anjou 6).

René d'Anjou 7 : En 1466, il est élu roi d'Aragon et ajoute les armes d'Aragon sur la combinaison aux 5 quartiers (René d'Anjou 7). Après la mort de son fils Jean en 1470, il renonce l'Aragon en 1472 mais conserve les armes d'Aragon sur ses sceaux (même si elles disparaissent parfois d'auutres supports).

Plusieurs sceaux marquent un décalage chronologique avec ces changements théoriques d'armoiries et différentes formules héraldiques cohabitent parfois.

Sur ses sceaux, René d'Ajou porte 3 cimiers différents : celui des ducs de Bar (entre deux bars en pal, la tête en bas, ornés de plumes, un coussin à houppes supportant une boule sommée d'un plumai), celui des princes de France (la fleur de lis en relief, dite double ou carrée), celui comme roi d'Aragon (une fleur de lis dans un vol de dragon aux armes d'Aragon)

Sur ses sceaux et signets, René d'Anjou affiche plusieurs de ses devises, mots et monogrammes : l'aigle colletée d'une couronne, la croix double - avec les mots O CRUX AVE SPES UNICA ou PAX PAX, le bâton écoté reverdissant (ou sec), la rose ou le rosier, la voile gonflée inscrite du mot EN DIEU EN SOIT, le patenôtre, les lettres RY couronnées ou non, le monogramme RI en bâton écôté.

 

 

 

 

 

Héraldique

René Ier d'Anjou 1

Début
1420
Fin
1432